Réhabiliation

LES ÉTAPES DE TRAVAIL D’UNE RÉHABILITATION DE CANALISATIONS À L’AIDE DE GAINES IMPREG.

La réhabilitation a lieu en plusieurs étapes. Détail des étapes :

OPÉRATIONS DE PRÉPARATION À LA RÉHABILITATION

Sécurisation du chantier

Il est important de sécuriser suffisamment le chantier avant le début de la réhabilitation.  Toutes les protections, déviations et barrières doivent être prévues.

Les déviations et barrages éventuels doivent être indiqués préalablement et en temps voulu aux autorités compétentes.

Retenue d’eau

Selon le type de canalisation et les dimensions de la section à réhabiliter, l’écoulement doit être maintenu. Pendant l’installation, il convient de s’assurer que la section à réhabiliter n’est pas en service. Le cas échéant, des obturateurs devront être posés et les eaux usées devront être déviées.

Les obturateurs doivent être posés avec le plus grand soin ! La pression qui est produite par l’accumulation d’eau peut provoquer des situations dangereuses voire potentiellement mortelles !

Opérations de fraisage sur la section

Les obstacles tels que les racines, les corps étrangers, les débris ou les décalages de manchons, qui empêchent un nettoyage en continu de la canalisation ou qui pourraient endommager la gaine lors de son insertion, doivent être éliminés par des robots appropriés ou manuellement.

Les réductions, décalages, et changements de diamètres ne rétrécissent pas uniquement le débit dans la section à réhabiliter, mais peuvent aussi perturber le système hydraulique et provoquer même à faible débit un dépôt important bloquant ainsi l’effluent.

Calibrage des branchements

Les branchements dans les sections à réhabiliter doivent être mesurées avec précision avant l’installation de la gaine. Cela permet de s’assurer que les branchements puissent être ré-ouverts après l’installation sans craindre des défauts de positionnement et de forage. Il s’est avéré en pratique que la même personne qui effectue les mesures est à même de pratiquer les réouvertures avec un maximum d’efficacité.

Nettoyage de la conduite

Les procédés de nettoyage doivent être choisis de façon à ce que la canalisation endommagée ne subisse pas davantage de dommages. En règle générale, un procédé de curage et nettoyage à eau sous haute pression ou hydromécanique est utilisé pour éliminer les incrustations.

 

PASSAGE DE LA CAMÉRA TV AVANT L’INSERTION DE LA GAINE

L’inspection par caméra sert à contrôler une dernière fois la section à réhabiliter avant l’installation de la gaine. Cette inspection par caméra doit être enregistrée et documentée afin de certifier que la canalisation présentait les conditions nécessaires pour les travaux de réhabilitation.

OPÉRATIONS DE PRÉPARATION AVANT L’INSERTION DE LA GAINE

Insertion du film de glisse

Après l’inspection par caméra, un câble doit être tiré par l’intermédiaire de la caméra ou de l’équipement de nettoyage dans la canalisation. Ce câble permet de tirer le câble de traction et le film de glisse dans la canalisation. Pour éviter le vrillage du film de glisse pendant l’insertion, un émerillon doit être utilisé. La position du film de glisse après l’insertion doit être contrôlée. Le câble de traction doit être inséré de façon à ce qu’il repose sur le film de glisse.

Le film de glisse doit être fixé dans le regard initial sous un obturateur dans le regard opposé ou sur le fond du regard avec des dispositifs d’ancrage. Ce film sert de film de glisse et de protection pour l’insertion de la gaine iMPREG dans la conduite endommagée.

Fixation de la tête de la gaine

Avant de pouvoir insérer la gaine, le bout de la gaine ou “tête de traction” doit être fixée d’abord à un câble à l’aide de sangles à cliquet (au moins deux sangles) puis le tout avec un émerillon à un câble relié au treuil. La gaine doit être repliée à la moitié de sa largeur avant d’être inséré dans le regard. La gaine ainsi repliée est passé à un collaborateur dans le regard.

INSTALLATION DE LA GAINE IMPREG

L’insertion de la gaine

La gaine doit rester dans l’emballage de transport aussi longtemps que possible afin d’éviter les influences extérieures indésirables. Veuillez tenir compte du fait qu’à basse température le film interne de la gaine perd de son élasticité et la résine a tendance à montrer des taches blanchâtres de gélification.

Veillez à ne pas aller au-delà ou en deçà des températures de stockage et de mise en œuvre de 5 à 25°C. Veuillez respecter la notice. La température de la gaine peut être contrôlée à l’aide d’un appareil de mesure à infrarouge.

Un collaborateur insère la gaine dans la canalisation et surveille son insertion correcte. Un treuil ainsi que des galets de renvoi d’angle prévus à cet effet permettent de tracter la gaine de manière continue dans la direction de l’écoulement dans la canalisation à réhabiliter.

Pour réduire les contraintes de frottement, il peut être utile d’appliquer, avant l’insertion, une huile biodégradable sur le film de glisse.

La vitesse de déplacement ne doit en aucun cas dépasser 5 m/min. En outre, les contraintes maximales, qui dépendent des dimensions, ne doivent pas être dépassées.

L’extrémité de la gaine est descendue dans le puits à l’aide d’un câble selon la profondeur du regard. Le déplacement à l’aide d’un treuil se poursuit jusqu’à ce que la tête de traction soit entrée d’environ 30 à 40 cm dans le regard en aval.

Lorsque la gaine a atteint sa position finale, l’insertion est terminée et le câble en acier et les galets de renvoi peuvent être retirés.

Au niveau du regard en aval, la gaine est découpé de façon à ce qu’environ 0,5 m dépasse de la canalisation dans le puits.

Montage des renforts d’appui

Les renforts d’appui (jeans) doivent être montés au début et à la fin de la gaine ainsi qu’au niveau d’éventuels regards intermédiaires. Les renforts garantissent que la gaine ne se dilate pas excessivement et ne se déchire pas au niveau des zones où elle ne peut pas s’appuyer contre la paroi interne de la canalisation.

Montage des obturateurs (packer)

Au niveau du regard initial, le packer est monté et fixé avec au moins deux sangles. Le câble pour la traction du train de lampes peut alors être inséré dans la gaine. Pour cela, le packer est relié au compresseur et alimenté en air comprimé.

La gaine doit être pincée et comprimé au niveau du regard en aval de façon à permettre une mise en pression progressive et qu’elle se positionne lentement. Le câble pour la traction du train de lampes peut être tiré à l’aide du fil de Kevlar pré-monté dans la gaine et fourni par iMPREG.

Attention à ne pas tirer sur le fil en kevlar sur un angle afin d’éviter des dommages au film plastique interne.

Insertion de la source de rayonnement UV

Le train de lampes spécifique aux dimensions nominales est alors fixé au câble de traction et descendu dans le regard.
La gaine est à nouveau positionnée à l’aide d’air comprimé afin de permettre l’insertion du train de lampes sans endommager le film interne.

Le train de lampes doit être inséré dans la gaine avec le plus grand soin. Il convient de veiller à ce que les roues ou les éléments du train de lampes n’endommagent pas le film interne.

Après l’insertion de la source de rayonnement UV, l’obturateur (packer) peut être monté dans le regard final.
Les obturateurs d’étanchéité (packer) sont montés dans les regards initial et final et reliées au tuyau à air comprimé. Le film externe jaune doit être découpé entièrement au niveau du regard initial et du regard final.

Dans les regards intermédiaires, une découpe longitudinale d’environ 5 à 10 cm doit être réalisée dans le film externe de la gaine afin que l’air piégé par le montage des renforts d’appui (jeans) puisse s’échapper.

Positionnement de la gaine

Le positionnement au moyen de l’air comprimé doit être effectué en plusieurs étapes. La gaine est positionnée lentement et par paliers de 0,02 bar/min jusqu’à atteindre la pression de service. Lors de cette phase de positionnement, 3 à 5 courtes pauses d’environ 5 minutes doivent être respectées, ceci afin de permettre un placage optimal contre la paroi du tube à réhabiliter.

La pression de polymérisation doit être maintenue constante pendant toute la phase de travail du train de lampes !

Passage de la source de rayonnement UV avec surveillance caméra

Une fois la pression de polymérisation atteinte, elle doit être maintenue pendant environ dix minutes afin de s’assurer que la gaine ne soit pas endommagée lors du déplacement du train de lampes UV. Pendant ce temps, il est possible de commencer le déplacement du train de lampes encore éteinte en direction du regard initial.  La gaine doit alors être contrôlée visuellement à l’aide d’une caméra.  Il est conseillé d’enregistrer ce passage et de le documenter.

DURCISSEMENT DE LA GAINE IMPREG

Après le contrôle visuel, le durcissement peut être initié en allumant les lampes UV et en faisant passer la source lumineuse en direction du regard final. Les temps d’allumage, les vitesses et les temps d’exposition, qui dépendent des dimensions nominales et qui sont indiquées dans le manuel d’installation, doivent être respectés.

En outre, pendant toute la phase de durcissement, la vitesse et les températures mesurées à l’aide des capteurs de température doivent être contrôlées en continu et consignés dans un rapport d’installation.

Lorsque le train de lampes arrive au niveau de l’obturateur dans le regard final, les lampes doivent être éteintes selon les indications du manuel d’installation. Le durcissement de la gaine iMPREG est alors terminé.

La phase de positionnement et la phase de durcissement doivent être documentées !

 

OPÉRATIONS APRÈS LE DURCISSEMENT DE LA GAINE

Retrait des obturateurs (packer) et découpe de la gaine

Après le refroidissement de la gaine (environ dix minutes), les obturateurs (packer) sont retirés. La gaine est découpée aux extrémités de la canalisation à l’aide d’une scie à air comprimé. Une liaison propre et étanche devra ensuite être réalisée sur cette zone entre le tube receveur et la chemise avec un mortier ou un joint hydro gonflant d’une longueur env. 50 mm.

Retrait du film interne

Le film interne doit être retiré de la zone réhabilitée après la découpe. Pour cela, un câble doit être relié à l’extrémité du film interne au niveau du regard en aval. Le film interne est retiré en tirant le câble au niveau du regard en amont.

CONTRÔLE D’ÉTANCHÉITÉ ET PRÉLÈVEMENT D’UN ÉCHANTILLON DE CHANTIER

Contrôle d’étanchéité

Le contrôle d’étanchéité sert de contrôle intermédiaire de la gaine polymérisée avant la réouverture des branchements. Le contrôle doit être effectué avec une pression adéquate, les pressions de contrôle, la chute de pression et le temps de contrôle appropriés sont définies conformément à la norme DIN EN 1610.

Échantillon de chantier

L’échantillon représentatif est la référence de votre prestation et le garant qualificatif de l’entreprise de pose.

En principe, chaque échantillon doit être contrôlé visuellement après le prélèvement. Il convient de respecter les points suivants :

1. L’épaisseur de la paroi doit être contrôlée après avoir retiré les deux films plastiques !
2. La surface de l’échantillon ne doit présenter aucune porosité, aucun pli ni bulles d’air !
3. Vérifier la bonne exposition aux UV de la zone de prélèvement !
4. L’échantillon ne doit présenter aucun défaut visible dans le laminé !

Les échantillons sont généralement prélevés au niveau des regards. Si aucun échantillon représentatif n’est disponible au niveau des regards, un échantillon pourra être prélevé dans la section réhabilitée (ex : regard intermédiaire). Dans ce cas, il convient d’en informer le donneur d’ordres.

 

OPÉRATIONS DE FINITION

Réouverture des branchements

Pour la réouverture des branchements, des robots de fraisage à air comprimé ou hydrauliques ou électriques sont utilisés sous la surveillance d’une caméra. Une fois les points de mesure initiaux synchronisés à partir de la nouvelle extrémité de la canalisation réhabilitée, l’utilisateur du véhicule de commande et de surveillance peut commencer les opérations de fraisage.

Réhabilitation des branchements

Si nécessaire, les branchements doivent également être réhabilités à l’aide de procédés appropriés, par exemple à l’aide d’une technique à chapeau ou d’un procédé d’injection.

Raccordement de l’extrémité de la gaine

La liaison entre la chemise et l’ancienne canalisation receveuse peut être effectuée à l’aide de différents systèmes. Systèmes pour la réalisation étanche à l’eau des zones de liaison :

  • Liaison des chemises à l’aide d’un enduit à base de résine époxy.
  • Liaison des chemises à l’aide d’un mortier à base de résine synthétique.
  • Laminés GFRP
  • Injection avec des résines PU ou EP
  • Insertion d’une manchette d’extrémité de gaine
  • Déplacement de la caméra TV après la réhabilitation
  • Sortie de la caméra TV

A la fin des opérations, la canalisation est rincée puis la section réhabilitée doit être contrôlée visuellement. Cette inspection par caméra sert de preuve de la réalisation correcte de la réhabilitation. En outre, au niveau des regards initial et final, des marquages correspondants doivent être réalisés :

  • Gaine iMPREG / Durcissement aux UV
  • Désignation de la section
  • Diamètre nominal et épaisseur de paroi de la gaine
  • Date de l’installation
  • Documentation et contrôles

Veuillez vérifier le fonctionnement et la sécurité de votre équipement avant chaque installation. En outre, nous vous conseillons d’effectuer, avant l’installation, un contrôle visuel de la gaine que nous vous avons livré et vérifier scrupuleusement la fiche technique fournie. Si les diamètres nominaux, la longueur de la section et l’épaisseur de paroi sont corrects, la gaine peut être installée. En outre, l’inspection par caméra doit être enregistrée avant et après l’installation.

Pendant l’installation, il convient d’enregistrer les paramètres suivants :
– Contraintes
– Pressions de positionnement
– Pressions de polymérisation
– Températures mesurées à l’aide des capteurs
– Vitesse de déplacement du train de lampes UV

Contrôle des échantillons de chantier en laboratoire :
– Module d’élasticité à court terme et résistances à la flexion à court terme
– Épaisseur de paroi
– Étanchéité à l’eau

Un échantillon de réserve (échantillon de chantier) doit être archivé pendant la période de garantie.